Code Geass : Zero no Sousoku

L'Héritage de Zero
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Magasin "Brika-brac."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guilfort Gontague
Baron
Baron
avatar

Masculin Messages : 28
Allégéance : Britannia

Fiche d'avancement
Grade:
Avancement:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Magasin "Brika-brac."   Ven 19 Nov - 18:21

Il est 7h30, en ce beau mercredi matin. Il fait plutôt frais et un léger brouillard trône sur la ville. Les plantes dorment encore, dehors, pas un bruit, seulement les quelques magasins qui ouvrent leurs portes. Le soleil est encore bas dans le ciel, mais déjà le brouillard se vois dissipé.
Encore chez lui, Guilfort se lève, il se dirige vers la salle de bain, et prend sa douche. Après en être ressortis, tout propre, vient le moment tant redouter. L'angoisse. LA crainte de Guilfort, LE cauchemar qui hante ses nuits, sa plus grande frayeur...
Il dois se coiffer.
Chaque matin, il se bat avec ses longs cheveux noir pour qu'ils soient impécables. Ca peux très bien prendre quelques minutes, mais il n'est pas rare que Guilfort s'enferme pendant une heure dans la salle de bain pour dompter sa longue tignasse. Pendant 30 minutes, c'est LE combat acharné, à coup de peigne, de laque, de multitudes de produits, il réussit à vaincre et parvint à garder ses beaux longs cheveux noirs comme la nuit qui lui descendent jusque dans le bas du dos. Mais là, quelque chose cloche. Guilfort se fige. Le drame ! Ses pires craintes se réalisent. Malédictions ! Il à un épis !
Quoi de pire, qu'une coiffure parfaite quand au plein milieu du crane, une mèche de cheveux pointe le ciel avec une arrogance rare comme si elle hurlait "HA HA ! Je suis là ! Regarde moi ! Houhou ! Je gâche tout ! Hihihi !" ?
Pour Guilfort, il ne peux rien avoir de pire que ça.
Il explose de fureur ! Pour lui, pas de quartier, il s'acharne sur le cheveux, il essaye tout.
En allant des lotions jusqu'au remèdes de grand-mères, et finalement, il arrive à atténuer les dégâts, mais l'épis est toujours présent. Pour lui ça ne fais aucun doute : Cette journée va pas être géniale du tout.

Quand il sort de la salle de bain, il doit être 9 heure. De retour dans sa chambre, il enfile son pantalon, sa chemise blanche, son gilet de cuir, et enfin ses lunettes de soleil. Il attrape ses gants en tissu blanc, va prendre un rapide petit déjeuner, une tartine de pain beurrée et un jus d'orange, puis il saute dans ses chaussure et sors dans la rue.
Il regarda vite fais les alentour en enfilant ses gants, et c'est parti, 3 pas par seconde, il remonte rapidement la rue, pour ensuite s'engager dans une ruelle sombre.
C'est un raccourcis pour aller en ville. Au lieu des 20 minutes par le trajet normal, il n'en met plus que 10, et pour lui le temps est précieux.
La ruelle déboucha sur une grande place ronde. Au milieu trônais une fontaine qui ruisselais en cascade dans un bruit apaisant. Il n'y à encore que peu de personne, mais ça ne devrais pas tarder à devenir une véritable fourmilière, alors sans perdre une seconde de plus, Guilfort s'engagea, contourna la fontaine, et au bout d'une trentaine de pas, arriva devant un petit magasin dont la vitrine étais décorée de façon simple.
Il poussa doucement la porte en bois qui fis sonner une petite clochette. Ce magasin, il le fréquentais depuis longtemps maintenant, il est même devenu très ami avec le propriétaire : Phillipe Brika. C'est dans le "Brika-brac" qui Guilfort trouve tout ce qui lui est utile à la fabrication de ses montres : Roue dentées, aiguilles, cadran, j'en passe et des meilleurs. Dans ce magasin, Mr Brika à tout ce qu'il faut, il à de tout ... et de n'importe quoi. Beaucoup de n'importe quoi. Au murs, pleins d'étagères étais envahis par des tonnes de bibelots de toute sortes, de toute les formes, de toute les couleurs.
Après un rapide bonjours au patron, Guilfort, comme à son habitude, se mit en quête de ses accessoires. Pour commencer, il chercha dans les "boites-à-vrac". Il fouillais dans l'espoir de trouver un cadran à chiffres romains. Le XII, le III, le VI et le VIII. Il brassa les 7 boites mise a disposition avant de renoncer et d'aller parcourir les étagères.
Il savais bien que les chances de trouver ce qu'il cherchais étais... très réduites, aussi, il appela le gérant.

<< Mr Brika ?>>

Le patron arriva dans le rayon suite à l'appel de son client.

<<Un problème Guilfort ?>>

Le vieil homme, sans doute dans les 60 ans, avais les cheveux gris, de petites lunettes rondes sur le bout du nez, semblais fatigué, et paradoxalement, on pouvais voir à quel point il étais passionner pas son travail. Dans chaque rayon du magasin, on pouvais sentir la détermination de Phillipe Brika. C'est la raison pour laquelle Guilfort respectais cet homme.

<<Dites-moi, il ne vous resterais pas un cadran noir à chiffre romains ?>>

Le visage du patron perdis le sourire qu'il tenais encore il y a quelques secondes.

<<Ma foi, mon chère tic tac...>>

Le surnom fis sourire Guilfort

<<... les affaires de sont plus ce qu'elles étaient, je n'ai plus de clients, tu est presque le dernier... le magasin va fermer.>>

La phrase de Phillipe fut comme une lame dans le coeur de Guilfort. Il voulais protester mais aucun son ne sorti de sa bouche. Il n'arriva qu'a articuler un vague :

<<... Quand ?>>

<<A la fin de la semaine>>

C'étais tellement proche. C'est toute l'enfance de Guilfort qui étais inscrit dans ses murs. Même avant d'être entré dans la noblesse, il fréquentais déjà ces lieux. Il tenais à ce magasin, ainsi qu'a Mr Brika. Ce magasin avais beaucoup de valeur à ses yeux.

<<Mais pourquoi ? vous êtes tellement passionner , si vous avez besoin d'argent je peux...>>

Mais Phillipe le coupa.

<<Non Guilfort, je ne veux pas de votre argent, gardez-le. Et puis, c'est comme si je partais en retraite.>> Brika attrapa la main de Guilfort et déposa le cadran dans sa paume.

<<Vous trouverez bien un autre endroit ou dégoter vos accessoires. Tenez, c'est le dernier, un cadeau d'adieu, en quelque sorte.>>

Guilfort ne voulais pas y croire... Dans sa tête, tout étais flou. Comment se magasin qui étais ici depuis toujours pouvait-il fermer ?!

Après avoir serrer une dernière fois la main de Mr Brika, il pris la direction de la porte. Il s'attarda un peu devant, puis après quelques secondes, il tira pour l'ouvrir et sorti rapidement sans se retourner. Il ne vis pas que quelqu'un arrivais et se pris donc la personne en question de plein fouet. Le choc fut si violent que Guilfort en perdis ses lunettes de soleil. Ils se retrouvèrent tout les deux assis par terre, devant le magasin. Sans voir qui s'étais, il bredouilla un "Excuser-moi", tout en cherchant ou étais bien passé ses lunettes. Il jeta tout de même un oeil vers la personne qu'il avais percuter, elle s'étais déjà relever et lui tendais la main, mais il ne réussit a distinguer son visage, a cause du contre jour. Il attrapa donc la main qui lui étais si aimablement tendu, et se releva, manquant de peu d'écraser ses propres lunettes. Il les ramassa et regarda la personne qu'il avais bousculé.

<< Je suis désolé, je ne vous avez pas vu... >>
Dit-il, terriblement embarrassé, craignant la réponse de l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iruka Seishi
Etudiant | Futur Ambassadeur
Etudiant | Futur Ambassadeur
avatar

Masculin Messages : 14
Age : 24

Fiche d'avancement
Grade: Etudiant (Futur ambassadeur.)
Avancement:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Magasin "Brika-brac."   Dim 6 Fév - 10:35

* Bip...bip....bibibibibibibibibi *

* BAM *

* Biibii *

* BAM *

* … *


Un de moins....Iruka venait de casser son...quinzième réveil, et oui quinze, cela faisait exactement quinze jour que Iruka avait eu le poste d'Ambassadeur. Quinze jours que le jeune homme devenu plus ou moins important devait désormais se lever vers six heures du matin pour aller travailler durement et revenir tard le soir. Et oui, être Ambassadeur ça avait un prix.

Mais là, pire que tout ce n'était pas six heures du matin mais...quatre heures du matin. Le pauvre devait se rendre à Britannia pour aller ' observer les alentours '. En voilà une drôle de mission. Au final, Iruka le prenait plus pour une journée de repos qu'autre chose. Lui ce qu'il voulait c'est discuter avec des gens importants et surtout...parler politique avec les pays énnemis.

Il se leva alors pour aller se doucher. Bon pas besoin de détails. Il se déshabilla et fit couler l'eau sur son corps. Après s'être frotté avec du gel douche et lavé les cheveux comme toujours il sortit et mit une serviette au dessus de son bassin et alla devant la glace.
Celle-ci était embuée à cause de la vapeur. Il passa sa main dessus afin de se regarder dans la vitre.
Par la suite il se peigna normalement et sans difficulté comme toujours. Lui n'avait pas les problèmes de peignage du genre un épis au mauvais endroit au mauvais moment...

Il sortit pour aller s'habiller et mit un costume. Chemise blanche, une cravate décorée du signe de japon sur la partie noeud, un pantalon noir, chaussettes noires, chaussures noires cirés et une haut de costume noir sans défauts. Rien tout était..parfait.

Je déjeuna rapidement et entendit un son familier. Un klaxon. Comme toujours la voiture était en avance mais qu'est ce qu'ils m'ennuyaient. Ils ne savaient pas que le klaxon en aglo ne s'utilise qu'en cas d'urgence ou quoi ?!!

Je soupira et laissa un mot à mon père du genre « Je reviens peut être demain ou bientôt. Bisous.»
Puis sortit ma mallette en main. Dans celle-ci des dossiers et mon ordinateur.
Je toqua doucement à la porte du conducteur et lui dit.

«Laissez moi la place s'il vous plait...»

«Mais monsieur...vous ne...»
«Ne vous en faite pas...»

Je vit le chauffeur sortir de la porte et après que je sois rentré dans la voiture, il se plaça à ma place, celle de passager. Il semblait nerveux...
J'alluma une cigarette et ouvrit doucement la fenêtre et lui dit pour plaisanter.

«Vous avez dit adieu à vôtre famille ce matin j'espère ?»

«Pardon ?!!!!»

Je rigole doucement et lui dit.

«Ceinture...»

Il la mit précipitamment puis j'appuie fortement sur le champignon la faisant démarrer de façon...rapide. Direction l'aéroport.
Même si je n'avais pas mon permis, je savais conduire il me faillais juste attendre l'âge légal pour avoir ce papier...

Bref, malgré tout le voyage se passa correctement même si le chauffeur était un peu vert sur les bords...je sortit de la voiture et dit en souriant.

«N'oubliez pas qu'il y a un sac devant le siège...et je vous appellerez à mon retour en attendant passez une très agréable journée...»


Je m'avança doucement passant les différents contrôle. Je montra ma carte d'identité, voyant les gens se courber légèrement en disant « Monsieur l'Ambassadeur...» puis me faire signe de passer. C'est fou comme une simple carte peu vous donner comme importance. Moi perso je m'en fichais légèrement.
J'avança sur la piste en bitume et entra dans l'avion prévu pour mon voyage ' d'affaires '.

Pas besoin de détails rien de bien extra dans l'avion. Le voyage se fut sans encombre malgré le fait qu'une des hôtesses ait été malade. Passons...

Je fut accueillis normalement et m'installa dans la voiture prévu à ma réception. Elle m'accompagna dans mon hôtel prévu au dernier moment.
Je m'installa rapidement et sortis de celui-ci afin d'aller me balader, me dégourdir mes jambes.

Je marchais jusqu'à me retrouver sur une grande place ronde. Au milieu trônais une fontaine qui ruisselais en cascade dans un bruit apaisant. Il n'y à encore que peu de personne, mais ça ne devrais pas tarder à devenir une véritable fourmilière, alors sans perdre une seconde de plus, Iruka s'angea et contourna la fontaine et au bout d'une trentaine de pas arriva devant une vitrine de magasin décorée de façon ma foi simple mais élégante.

On dit souvent que les apparence sont trompeuse. Et j'allais donc entrer dans ce magasin où un objet m'avait tapé à l'oeil. Une sorte de réveil...

Alors que j'allais entrer dans le magasin. La porte s'ouvrit doucement et quelqu'un me percuta de plein fouet. Me renversant en arrière.
Je me frotta doucement la tête et me releva époussetant mon pantalon noir.
Je lui tendis ensuite la main entendant sa phrase plutôt embarrasé.

«Je suis désolé, je ne vous avez pas vu...»


Je rigole doucement et dit d'une voix légèrement amusé.

«J'avais remarqué...mais ce n'est rien...»


Je lui prit la main pour le relever et le regarda.

«Vous me semblez pressé dites moi...quelque chose ne va pas?»


Je le regardais lentement. Il semblait comme...triste de quelque chose....Plutôt étrange mais bon...Je comptais entrer dans ce magasin mais d'abord je voulais savoir ce qui l'avait fait courir ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Magasin "Brika-brac."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interdiction vente chats et chiens en magasin Belgique
» Magasin de bitz
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Magasin d'arme
» Magasin de glaces Florian Fortarôme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code Geass : Zero no Sousoku :: Fatalité :: Britannia :: Terre-mère ~ Nord :: Villes et zones touristiques-
Sauter vers: